Ah les bonnes résolutions !

Comme au début janvier, on est motivé, et on se dit : « Il faut que je perde les kilos pris pendant les fêtes » ….

Et puis plouf quelques jours plus tard plus rien alors pourquoi cette fois-ci ça peut être la bonne ?

1- C’ est la bonne ?

Pour la plupart d’entre nous le fait de penser à entamer un régime évoque des pensées et des sentiments désagréables en raison des expériences passées, des échecs.

Alors il faut changer son regard sur le régime…

Mon conseil :

Régime rime avec frustration, difficultés, finalement nous ne l’abordons que rarement avec joie. Bien entendu suivre un régime ce n’est pas facile, il y a des frustrations, mais c’est pour un but précis : se sentir mieux, c’est donc POSITIF. Alors soyons heureux d’entamer notre nouvelle alimentation plus saine, plus métabolique.

2- La motivation

Le premier obstacle à notre réussite, c’est de faire un régime qui n’est pas adapté :

  • soit trop restrictif,
  • soit trop difficile,
  • soit pas adapté à notre style de vie.

Le second obstacle est notre motivation.

Vouloir changer ses habitudes alimentaires pour perdre du poids demande un effort sur soi-même.

Le fait de vouloir ne suffit pas, il faut avoir au fond de soi une réelle envie.

Il faut que cette envie de changer ait plusieurs points d’ancrage comme :

  • Se sentir mieux dans son corps
  • Pouvoir s’acheter plus facilement des vêtements
  • Être plus à l’aise socialement,
  • Être plus sûr de soi,
  • Avoir une meilleure forme et une meilleure santé
  • À toi de continuer, faire la liste de tes réelles envies, tes objectifs

Mon conseil :

Acquérir sa liberté en arrêtant de se prendre la tête avec la nourriture, faire le choix d’une vie saine et les contraintes du début deviendront une liberté pour ton avenir …

3- Rébellion émotionnelle

Dans la difficulté, nous avons tendance à faire marche arrière.

Lors de moments difficiles, par exemple, nous pouvons nous jeter sur le chocolat.

Cependant, il faut être réaliste : les compulsions doivent être occasionnelles, si elles sont régulières alors elles nous servent d’antidépresseur.

Et nous savons bien que ce n’est d’aucune aide et au contraire ça nous empêche d’aller de l’avant.

Alors je t’invite à la rébellion émotionnelle pour ne plus s’enfermer, mais te libérer de ton rapport avec la nourriture!

Notre alimentation doit être avant tout notre source de vie, de forme, de dynamisme et non un exutoire ou autre illusion de bien-être.

Métaboliquement,
Olivier