La Concurrence Énergétique

La Concurrence Énergétique

Ce chapitre va traiter d’une erreur très commune de notre alimentation moderne, c’est de mettre en concurrence les glucides et les lipides.

Alors certes, nous mangeons globalement trop, mais surtout mal équilibrés.

Je te dirai même que manger trop en évitant la concurrence énergétique poserait beaucoup moins de problème de surpoids dans notre société.

Comme nous l’avons vu précédemment, ce sont les glucides et les lipides qui sont nos 2 principales sources d’énergie.

On parlera de concurrence énergétique lorsque notre repas sera composé de glucides et de lipides en trop grande quantité.

Notre corps n’est pas capable de gérer ce type de repas, il va donc stocker le surplus sous forme de graisse. C’est la raison la plus courante du surpoids et de l’obésité.

Quelques exemples de concurrence énergétique :

Pizza => farine pour la pâte (glucide) et fromage (graisse)

Les frites => Pommes de terre (glucide) et cuisson huile (graisse)

Spaghetti carbonara => Pâtes (glucide) et crème/lardons (graisse)

Ces exemples sont parlants et on sait que ce sont des repas qui font grossir, mais parfois, c’est moins flagrant.

J’aime regarder des plats préparés qui ont l’air sain, du genre quinoa, mélangé avec des graines de lin… Mais quand je regarde le contenu, c’est une catastrophe. Trop de glucides avec trop de lipides

Ce sont des repas totalement anti-métaboliques, car la concurrence énergétique est trop importante.

Donc si nous souhaitons maigrir naturellement et ne plus reprendre le poids perdu, nous devons suivre CETTE RÈGLE :

  • Quand nous mangeons gras évitons de manger trop de glucides, notamment des féculents.
  • Quand nous mangeons des glucides (surtout des féculents) évitons de les accompagner avec trop de graisses.

Autre point intéressant. Le mélange trop important de Glucides/Lipides provoquent des compulsions alimentaires avec des difficultés à percevoir la satiété.

Il y a eu une expérience très intéressante de Chris et Xand van Tulleken, des jumeaux médecins, qui ont mis en évidence que ce ne sont pas les glucides, le problème ni les lipides, mais bien les deux réunis en trop grande quantité. [1]

Maintenant, on va essayer de comprendre.

La concurrence énergétique quand elle est trop importante va engendrer un stockage excessif de graisse. C’est ce qui provoque le surpoids chronique dans nos sociétés, mais aussi l’accumulation de mauvais cholestérol ….

En fait, la concurrence énergétique débouche sur une hyper-lipogenèse.

Petite remarque : Plus nous aurons un métabolisme qui fonctionne au ralenti, plus nous serons sensible à la concurrence énergétique d’un repas.

Qu’est-ce qui influence la lipogenèse ?

Elle est influencée par les hormones, notamment l’insuline, nous l’avons vu dans les chapitres précédents, mais aussi la leptine, l’hormone de croissance et l’ASP. [2] Et bien d’autres….

L’insuline reste l’hormone qui a le plus d’influence sur la lipogenèse car elle la stimule.

Plus nous sécrétons d’insuline plus nous activons la lipogenèse plus nous stockons de la graisse…

L’insuline est produite en réponse à l’ingestion de glucides, mais pas seulement !

En effet, notre intestin va libérer des hormones incrétines qui vont stimuler, elle aussi la sécrétion d’insuline [3]

Les deux principales hormones sont le GIP (glucose-dependent insulinotropic polypeptide) et l’autre le GLP-1 (glucagon-like peptide-1).

Ce qui est intéressant, c’est que le GIP sera sécrété en réponse aussi bien à l’ingestion de glucides que de lipides. [4] De même pour le GLP-1 à moindre mesure.

Oui, les lipides créaient indirectement de l’insuline. Ajoutons que le GIP stimule la lipogenèse.

Ce qui veut dire qu’un repas riche en glucides (= Insuline) et en lipides (=Insuline) va provoquer une hyper-lipogenèse et donc un stockage de graisse excessif.

Il en va de même avec la protéine stimulant l’acylation (ASP). Un petit mot sur l’hormone de croissance qui elle va plutôt stimuler le déstockage des graisses, mais sera inhibée par l’action de l’insuline.

Enfin bref, même si l’insuline semble être responsable, elle n’est certainement pas coupable, ni tous ces processus qui font partie de notre biologie. Et s’ils existent, c’est pour notre bien !

Le problème vient plutôt de notre alimentation qui va à l’encontre de nos propres capacités digestives et « métaboliques »

Il est donc primordial pour notre santé d’éviter de manger trop souvent un repas qui serait trop riche en glucides et en lipides.

Dans le chapitre suivant, je vais te parler des 2 types de repas que j’ai créé. Dans le but de retrouver notre capacité naturelle à utiliser ce que nous mangeons, et arrêter de stocker de façon excessive de la graisse, avec toutes les conséquences que nous connaissons pour notre santé.

Olivier
Pouruneviesaine.com

Références

[1] One twin gave up sugar, the other gave up fat. Their experiment could change YOUR life (lien)
[2] Mechanisms of nutritional and hormonal regulation of lipogenesis Sander Kersten (lien)
[3] Incretins, insulin secretion and Type 2 diabetes mellitus. Vilsbøll, Holst (lien)
[4] Gastric inhibitory polypeptide (GIP) stimulated by fat ingestion in man. Falko JM, Crockett SE, Cataland S, Mazzaferri EL. (lien)
Es-tu prêt?
Je te propose de te faire découvrir le secret de ma perte de poids.
J'ai fait un guide totalement gratuit pour toi découvrir la Métabolique Nutrition